Abia Dasein

 

 

Commuting

 

All those crippled mouths
That forgot to shine their voices

And cannot remember
How to smile anymore


All those wrinkled eyes
Wandering in the maze of their mind
And reflecting upon
The lost beauties of nevermore

All those arched backs
Too used to bend day after day

Under the crushing weight
Of everlasting chores

All those petrified hands
Too dry to comfort
- In a soothing touch -
Bodies far too raw and sore

All those chained souls
Desperately longing
For a promised haven
To pacify their inner war

My jaw
Isn't big enough
To let the scream
- Swelling in my throat -
OUT



 

Cité crasse

 

La ville aussi

A son flux et son reflux

Son ressac circadien

Ses crues de voitures

Ses amonts d'usines

Et ses avals de dortoirs

 

La ville aussi

A ses cages à lapins

Ses cloaques à tapin

Ses alvéoles vérolées

D'où se déversent fluides laiteux

Et vapeurs d’acide

 

De la foison des platitudes bétonnées

L'herbe folle ne peut en cacher la laideur

Et sous la chape des gaz anxiogènes

Les trottoirs n'en sont que plus crasseux

 

Dans la ville aussi

Les masures au crépi lépreux

Étouffent dans la déchéance de leur ciment

 

Dans la ville aussi

Malgré les oeillades des néons racoleurs

Un torrent souterrain ne rêve que de noeud coulant